L’été est souvent une période de calme pour les sites e-Commerce. A la fin des soldes d’été le trafic et le volume de commandes diminuent naturellement et doit vous libérer du temps.

Il s’agit d’une période parfaite pour remettre à plat certains acquis, optimiser votre boutique en ligne et préparer la rentrée et les fêtes de fin d’année.

Voici 5 sujets à travailler pendant l’été pour augmenter les performances de votre site e-Commerce.

Cette année 2018 est synonyme de grands changements pour les sites de e-commerce.

Les internautes étant de plus en plus soucieux de l’usage fait de leurs données personnelles, l’Europe a mis en place un nouveau règlement afin de limiter de nombreux abus. Avec une entrée en vigueur prévue le 25 mai 2018, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) vise à renforcer la sécurisation des informations personnelles des consommateurs sur Internet. 

Chaque année regorge d’occasions de communiquer et d’animer votre site e-Commerce. Que ce soit sur les réseaux sociaux, par email ou bien directement sur votre boutique en ligne, ces opérations de communication doivent être anticipées pour être réellement efficaces.

Découvrez la liste des temps forts de cette année 2018 ainsi que nos conseils pour en tirer profit.

Utilisé par 25% des sites internet dans le monde, Wordpress s’est hissé au rang de premier CMS depuis quelques années déjà. Pourtant, on estime aujourd’hui à 70% le nombre de WordPress présentant une faille de sécurité.

A l’occasion de son Prestashop Day, l’entreprise française a revendiqué avoir franchi le cap des 50 000 sites e-commerce actifs sur le territoire, soit 1 quart des boutiques en ligne. L’éditeur a aussi annoncé une croissance de 61% en Allemagne, de 28% et 25% en Italie et en Espagne.

Instagram vient d’annoncer sur son blog la création de comptes destinés aux entreprises. Les 5 différences majeures par rapport à un compte classique sont les suivantes :

Lancé il y a quelques mois seulement, Google AMP, pour Accelerated Mobile Pages, a pour objectif de permettre l’affichage d’une page web sans chargement sur un appareil mobile disposant d’un réseau limité (2G ou 3G), et ce même si la page contient des textes, images, gif ou vidéo.

Les soldes d’hiver 2016 sont là !

Après Noël il s’agit d’une période de forte activité pour tout site e-Commerce.
Afin de profiter pleinement de cet événement limité (du 6 janvier au 16 février 2016) nous vous proposons 5 conseils pour optimiser vos ventes sur votre site e-Commerce.

Avec plus de 400 millions d’abonnés, Instagram a même dépassé Facebook en termes d’évolution d’utilisateurs. Instagram c’est aussi 80 millions de photos partagées par jour et 3.5 milliards de like quotidiennement ! La parité est quasiment respectée avec 51 % de femmes et 49 % d’hommes. 53 % des utilisateurs ont entre 18 et 29 ans et sont particulièrement actifs.

L’utilisation du digital et des réseaux sociaux dans l’entreprise sont omniprésentes. En France près de 58% des salariés se connectent quotidiennement depuis leurs postes de travail sur les réseaux sociaux. Un chiffre qui prend de l’ampleur. Mais au niveau de l’usage professionnel il y a près de 30% des salariés qui recherchent un emploi sur internet  et il y a 32% des dirigeants qui l’utilisent pour recruter.

Internet commence donc à prendre une place importante dans le monde du travail à tel point que 1 salariés sur 3 divulgueraient des informations sur son entreprise sur les réseaux sociaux ; des informations stratégiques ou confidentielles ! Suite à cela 42% des entreprises françaises se sont créés des chartres sur l’utilisation des réseaux sociaux, mais bon sans grand succès car 34% des salariés n’en connaissent pas l’existence.

Une entreprise ne peut bannir les réseaux sociaux de son utilisation. 86% des entreprises sont présentent sur les réseaux sociaux deux fois plus que en 2012 ! Être présent sur les réseaux sociaux est devenu nécessaire pour l’entreprise. Les réseaux sociaux améliorent la visibilité, la notoriété,  ils permettent de diffuser une information et donnent une image moderne à l’entreprise. Les points positifs des réseaux sociaux ont aussi permis de créer un nouveau métier sur 1 entreprise sur deux.

Même si la présence d’une entreprise dans les réseaux sociaux devient indispensable 52% des dirigeants ont du mal à s’en servir.

Du contenu d’applications françaises va commencer à apparaître dans les résultats remontés par le moteur sur Android.

Google poursuit l’indexation, et l’affichage, du contenu des apps mobiles. Mountain View avait commencé, comme souvent, aux Etats-Unis. Fin 2013, son moteur avait indexé le contenu d’une douzaine d’applications Android triées sur le volet outre-Atlantique (Wikipedia, Etsy, Expedia, IMDb…). Ce contenu pouvait ainsi remonter sur les résultats générés, aux Etats-Unis, par les applications Chrome ou Google Search des smartphones Android. Google avait poursuivi, avec un plus grand nombre d’apps américaines indexées. Leur contenu, en anglais, pouvait aussi remonter en dehors des Etats-Unis, y compris en France.

Aujourd’hui, alors que la liste des apps indexées s’est bien allongée, une nouvelle étape est franchie, puisque de nouvelles langues sont supportées, dont le français. Quelques apps française ont aussi été indexées : Au Feminin, Marmiton, et L’Equipe. D’autres vont évidement suivre, même si Google ne détaille pas sa feuille de route. Le moteur pousse juste ceux qui le désirent à faire part de leur intérêt. Il invite les développeurs souhaitant participer à l’opération à consulter et appliquer les consignes techniques, qui viennent d’être traduites en français.

Plusieurs sources annoncent en effet qu’Apple a mis très discrètement en place une équipe en charge de concevoir des objets domotiques. Ces appareils fonctionneront évidemment de concert avec la plateforme HomeKit.
Les détails sont très minces pour le moment, mais il semble qu’Apple soit au-delà du simple stade exploratoire et que l’entreprise ait vraiment la volonté d’aller concurrencer les fabricants de ce type de bidules rendant la maison un peu plus intelligente.
Plusieurs observateurs ont déjà souligné l’aspect « domotique » de l’Apple TV qui déborde effectivement du simple cadre de l’informatique, qu’elle soit de bureau ou mobile. Mais cette initiative va plus loin : la rumeur évoque des systèmes de son (l’acquisition de Beats ne sera pas inutile pour effacer le flop de l’iPod Hifi) ou de panneau de contrôles pour la maison qui pourrait prendre la forme d’une tablette.
En revanche, Apple n’irait pas jouer sur le terrain de Nest et n’aurait pas l’intention de produire des thermostats ou des détecteurs de fumée.

Ci-après les actualités concernant ces technologies utilisées par notre agence web.
L’utilisation du CSS3 est probablement une des tendances les plus fortes actuellement dans la conception web, permettant ainsi d’implémenter des solutions à des sites web en éliminant l’utilisation de certaines images ou de code JavaScript.
En acceptant l’utilisation du CSS3 dans sa forme globale on peut vite se mettre en difficulté. En effet, si CSS3 à un bel avenir, il ne faut pas oublier que certains modules sont toujours en cours d’écriture, c’est à dire non finalisés et que la compatibilité CSS3 entre les navigateurs est aléatoire.
Avant de prendre des décisions sur l’utilisation de nouvelles techniques, il faut bien connaître la tolérance et entrevoir 2 cas de figure:
Cibler uniquement les navigateurs modernes : Dans ce cas, nous pouvons créer des interfaces full CSS3 mais qui auront un aspect graphique bridé sur bon nombre de navigateurs, dont Internet Explorer <10. Pour s’en rendre compte, il suffit de tester certaines démos créées en HTML5 et CSS3 sur différents navigateurs pour voir les problèmes de compatibilité.
Cibler l’ensemble de navigateurs du marché : L’utilisation de CSS3 se limite aux propriétés communes aux navigateurs du marché avec des alternatives peu couteuses en maintenance pour les anciens navigateurs (par exemple : les medias queries ou font-face).

Même s’il n’existe ni solution miracle ni outil de développement universel, nous avons choisi d’utiliser les technologies et langages les plus éprouvés et reconnus pour la création de site internet (HTML / XHTML, CSS, Javascript, PHP / MySQL, Framework Symfony 2, Prestashop, CMS Drupal 7 – 8, Angular JS)
Business : Le HTML 5 dispose enfin d’une feuille de route pour la publication de ses spécifications. Il devrait être finalisé au dernier trimestre 2014, et le développement passera ensuite en continu.
Les tout premiers travaux ont débuté en 2007. Le HTML 5 a rapidement eu une mission de taille : s’adapter à ce qui est le web aujourd’hui, avec ses nouveaux usages, ses nouveaux formats et ses nouveaux contenus. Pari tenu si l’on en croit le W3C, puisque celui-ci a décidé que le langage était mûr pour une publication des spécifications en 2014.
C’est ce que le consortium en charge de la spécification des standards du web a annoncé dans un document publié sur son site. Pour le W3C, cette décision fait suite à un besoin pressant de fixer des spécifications. Dans le cas contraire, le risque est de laisser aux acteurs économiques le soin de définir des standards de fait, par leur position sur le marché.
Le HTML 5 sera donc finalisé au cours du dernier trimestre 2014, tandis que le HTML 5.1 aura sa recommandation au premier trimestre 2016. A ces dates, les deux standards seront définitivement spécifiés, et pourront servir de référence pour les développeurs et les navigateurs, par exemple.
La prochaine étape sur cette feuille de route concerne une pré-version de la recommandation HTML 5, baptisée Candidate Recommandation. Elle devrait arriver avant la fin de l’année, et sera le document de travail pour la spécification finale.
La nouveauté, c’est que le W3C souhaite avoir un développement en continu. On verra donc le développement parallèle du HTML 5.1, avec des fonctions supplémentaires, puis le 5.2 fera son apparition comme version « instable » quand le HTML 5 sera finalisé, etc. Tout ce qui n’est pas inclus dans la version finale est systématiquement repoussé vers sa version « instable » suivante.
Cette nouvelle stratégie a été adoptée par le W3C pour permettre l’émergence plus rapide de nouvelles technologies au sein de son standard, et pour tenir le rythme face aux navigateurs.

25,6 millions de personnes se sont connectées chaque jour à Internet en janvier et y ont passé 1h50 en moyenne, relève Médiamétrie. Du lundi au vendredi […]  les internautes favorisent les sites liés à l’emploi, aux actualités financières ou encore aux services publics. Près de 2 millions d’internautes en moyenne visitent ainsi chaque jour de semaine les sites d’emploi et carrière, soit 54% de plus que le week-end. Pendant les congés de fin de semaine, les Français préfèrent les sites liés aux divertissements, à la gastronomie et au shopping: photographie (+13% par rapport à la semaine), musique (+12%), hébergement Web (+12%), gastronomie (+12%) et guides d’achat (+11%). Le classement Médiametrie Net Ratings des sites les plus visités est stable: Google, Facebook et You Tube sont en tête.

Cette nouvelle technologie, conçue par la firme allemande GoalControl GmbH, nommée « ligne de but » détecte le ballon et affiche deux types de messages « goal » ou « no goal » sur la montre-récepteur de l’arbitre accompagnée d’une vibration. « Goal » est affiché si le ballon a franchi la ligne de but prévenant, ainsi, l’arbitre en quelques secondes grâce à un système central d’analyse numérique des images vidéo. « No goal » sera affiché dans le cas contraire.
Pour ceux qui ont raté le match, le 2eme but marqué par Benzema s’est déroulé en deux temps. Après un premier rebond sur le poteau, le ballon a survolé la ligne de but jusqu’au gardien et la technologie a détecté qu’il n’y avait pas but.
Le gardien du Honduras voulant ensuite arrêter le ballon, l’a lui-même poussé de quelques centimètres derrière la ligne. Dans cette 2e action, la technologie a détecté le franchissement complet de la ligne par le ballon. Mais, cette information de validation du but n’a pas été affichée dans le stade en dépit de ralentis diffusés sous plusieurs angles.
Ce système détecte les buts à l’aide de 14 caméras, 7 pour chacun des deux buts. L’une est placée derrière le but. Les six autres se font face deux par deux, au niveau de la ligne médiane, à environ mi-distance entre le but et la médiane et juste derrière la ligne de but. Elles sont reliées à un système puissant de traitement informatique d’images qui parvient à isoler la position du ballon. Celle-ci est suivie en permanence et automatiquement enregistrée en 3D, dès que le ballon arrive à proximité de la ligne de but.
Le système fonctionne automatiquement et les arbitres sont les seuls à recevoir le signal leur signalant « but » ou « pas de but ».

La start-up finlandaise Pryte propose d’acheter des données mobile pour utiliser son smartphone dans des zones où la data est trop chère.

Comme Google, Facebook veut connecter le monde. Pour cela, le réseau social vient de faire l’acquisition de Pryte, une start-up finalandaise créée en 2013, pour un montant non dévoilé. Pryte propose une solution permettant aux possesseurs de téléphones mobile de payer l’usage d’une application en fonction de leur consommation de data. Pour une journée, un utilisateur paiera par exemple quelques centimes d’euros pour utiliser Facebook, sans avoir à payer un abonnement data souvent très cher. Les équipes de la start-up vont rejoindre le projet Internet.org. Une initiative lancée par Facebook, avec Nokia, Qualcomm, Samsung et quelques autres, qui vise à connecter les pays en voie de développement. Une manière pour Facebook de recruter de nouveaux abonnés et de continuer à faire grossir sa base de membres. Au début d’année, Facebook avait tenté de racheter Titan Aerospace, finalement tombé dans l’escarcelle de Google, pour lancer une flotte d’appareils qui pourraient connecter les zones non couvertes. Selon Mark Zuckerberg, Facebook a investi plus d’un milliard de dollars « au cours de ces dernières années », pour connecter les pays en voie de développement.

Google ouvre la porte au droit à l’oubli numérique en Europe

Le géant américain Google a ouvert aux Européens la possibilité de demander à être «oublié» par ses services de recherche sur internet, se conformant ainsi à une décision de la Cour européenne de justice. La justice européenne a estimé le 13 mai que les particuliers avaient le droit de faire supprimer des résultats de recherche les liens vers des pages comportant des informations personnelles les concernant, notamment si elles sont périmées ou inexactes, en s’adressant directement à l’exploitant du moteur de recherche.

«Arbitrages difficiles»

Pour se conformer à cette décision, le géant américain, de loin le premier site mondial de recherche sur internet, a lancé jeudi soir un formulaire en ligne accessible aux Européens et leur permettant de demander la suppression de résultats de recherche.

«L’arrêt implique pour Google de faire des arbitrages difficiles entre le droit à l’oubli d’un particulier et le droit à l’information du public», a souligné un porte-parole du groupe.

Google va mettre en place un comité consultatif pour l’aider à fixer l’équilibre entre ces deux impératifs.

nous contacter

LISSES (91)

3 rue Gévaudan
91090 Lisses
01 60 87 21 80
info@cyber-l.com

PUTEAUX (92)

86bis rue de la République
92800 Puteaux
01 60 87 21 80
info@cyber-l.com

Cyber’L s'engage à sécuriser vos informations et à les garder strictement confidentielles. Toutes les informations recueillies sont nécessaires au bon traitement de votre envoie de message.